• Dans cette rubrique vous pourrez me parler de tout et de rien, de sims, ou pas, ne vous gênez pas, je ne mords pas et me ferai une joie de vous répondre

     


    votre commentaire
  •  

    Cette nuit-là, je pleurais pendant des heures, jusqu’à épuiser tout mon liquide lacrymale, et je continuais de pleurer, ma tête me faisait souffrir, mais qu’importe. Cette nuit-là, je réalisais que plus jamais je ne reverrais maman.

     

     

     

    Mais malgré tout, étant une petite fille têtue, je me promis, cette nuit-là, qu’un jour, je reverrais maman.

     

     

     

     

    Oui, qu’un jour je serai de nouveau à ses côtés, qu’importe ce que cela me coûterait, j’étais prête à tout pour retrouver maman.

     

     

     

    Jamais nous ne sûmes les raisons qui ont poussées ma mère à se suicider, et, deux ans plus tard, les freins de la berline noire de mon père lâchèrent, propulsant la voiture et son conducteur dans un fossé, voiture qui rencontra un arbre qu’une dizaine de tonneaux plus tard. Papa me quitta à son tour.

     

     



     A suivre <3

     On en apprend un peu plus sur le passé d'Ana, et peut-être certains ont-il déjà trouvé l'une des raisons de son suicide ? :D Je vous laisse cogiter ! gros bisous <3

     


    5 commentaires
  •  

    A l’instant même où je vis le visage de la nouvelle venue je me raidis. Je fus transportée, loin, très loin dans mon passé oublié.

     

     

     

     

     

    Ce jour-là, le ciel était gris. Ce jour-là, le tonnerre grondait, dans un bruit sourd et lointain. Ce jour-là, j’avais froid, j’avais peur, très peur. Ce jour-là, j’attendais sagement ma mère, comme tous les jours après l’école. Ce jour-là, maman ne vint pas. Non.

     

     

     

     

     

    Ce jour-là, je mélangeais  mes larmes aux gouttes d’eau froides de la pluie. Ce jour-là, je me souviens m’être dit que maman m’attendait toujours devant la porte de l’école primaire de North Beacon Hill, un quartier de Seattle qui avait bercé mon enfance. Ce jour-là, ce n’était pas le cas. Non, ce jour-là, maman n’était pas là, maman n’était plus là.

     

     

     

     

    Ce jour-là, c’est une berline noire et non pas une mini cooper rouge qui déboula sur la rue humide. Ce jour-là, c’était papa qui venait me chercher, avec une demi-heure de retard. Hors, ce jour-là, et comme tous les autres jours, papa était supposé être au travail. Alors pourquoi ce jour-là ? Pourquoi était-il ici, pourquoi descendait-il de sa voiture le visage crispé ? Pourquoi, ce jour-là, il me prit dans ses bras comme jamais il ne l’avait fait auparavant ? Parce que ce jour-là, il m’annonça que maman était au ciel dorénavant. Que maman c’était donnée la mort, ce jour-là.

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Seule je contemplais la forêt qui s’étendait à perte de vue devant moi, une partie de la fenêtre était restée ouverte, me permettant d’entendre les chants matinaux des oiseaux dans les arbres, un spectacle dont je ne me lasserai jamais.

     

     

     

    Elena revenu au bout de cinq minutes. Ses chaussures martelaient les marches de l’échelle menant à la chambre, malgré tout, je restais le regard pendu par la fenêtre, désireuse de profiter de ce havre de paix. Ce n’est que lorsque, pour la deuxième fois, des bruits de pas provenant de l’échelle retentirent, que je daignais quitter à contre cœur le chant des oiseaux. Je me retournais, intrigué par la deuxième personne se trouvant dans la pièce.

     

     

     


    15 commentaires
  •  

    Les couleurs étaient chaleureuses, la chambre décorée avec soin, c’était vraiment loin de l’appartement froid que je squattais avec Rex.

     

     

     

    - Je ne sais pas comment te remercier Elena… Dis-je, sous le charme de ma future chambre.

     

    - Et tu as ta propre salle de bain privée, m’annonça-t-elle en indiquant la porte derrière elle.

     

     

     

     

    - Tu es sûr qu’on est en enfer ? Ironisai-je. Franchement, je n’en vois pas les aspects négatifs.

     

    - Tu les verras bien assez tôt, dit-elle, sur un ton qui fait froid dans le dos. Je vais chercher quelqu’un, ajouta-t-elle en descendant l’échelle.

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires